depuis septembre 2000

retour accueil


Actualités

Agenda

Etonnements

Notes d'écriture

Notes de lecture

Webcam

Bio

Biblio

La Réserve, 

Central

Composants

Paysage et portrait en pied-de-poule

1937 Paris - Guernica
    
CV roman

Bestiaire domestique

Retour aux mots sauvages

Ils désertent

Faux nègres

Journal de la Canicule

Vie prolongée d’Arthur
Rimbaud

Sans trace

Yougoslave

Littérature 
du travail

Ateliers
d'écriture

pages spéciales


Archives

 

 

Orchidées de maison, floraison 2021

 

Première "page spéciale" consacrée aux orchidées que je cultive depuis plus de trente ans.


Les vieilles dames...

Peu d'orchidées des premiers âges ont résisté au fil des ans. Souvenir d'un Oncidium papillio jaune d'or, d'un angrecum, habillé de velours, d'un masdevallia aux fleurs triangulaires, tous aujourd'hui disparus. Les plantes, comme les animaux et les humains vieillissent, avec l'avantage toutefois que les outrages du temps ne les affectent pas.

Ainsi, deux cymbidium, largement trentenaires, passent huit mois dehors. Leurs potées dépassent 40 cm de diamètre et pèsent dix kilos chacune. Les tiges florales atteignent un mètre et les fleurs de 8 cm sont d'une étonnante vigueur.

orchidée2021-44.JPG (123636 octets) orchidée2021-45.JPG (99617 octets)
orchidée2021-46.JPG (91941 octets) orchidée2021-49.JPG (97821 octets)

Aussi extraordinaire, voici un Haemeria, plante originaire de chine, réputée difficile à faire refleurir. Également présente chez moi depuis plus de trente ans, elle propose chaque année au-dessus de son feuillage pourpre, une floraison exceptionnelle avec trente hampes florales munies chacune à leur extrémité d'une vingtaine de fleurs ivoires.

orchidée2021-43.JPG (166046 octets) orchidée2021-11.JPG (165167 octets)
orchidée2021-12.JPG (118774 octets) orchidée2021-83.JPG (117713 octets)


Les phalaenopsis

Les phalaenopsis sont sans conteste les reines de mes orchidées, d'abord par leur nombre et leur prédominance, ensuite parce qu'elle refleurissent facilement avec une vigueur qui dépasse plusieurs mois. L'une porte même, depuis un trimestre, au bout d'une tige qui dépasse 1 m 20, une grappe de 14 fleurs blanches de 10 cm de diamètre, veinées de mauve et munies d'un cœur de même teinte.
Il y en a ainsi pour tous les goûts : formes, couleurs, en grappes ou individuelles, courbées ou fièrement érigées.

orchidée2021-34.JPG (127791 octets) orchidée2021-61.JPG (128295 octets) orchidée2021-13.JPG (125377 octets) orchidée2021-23.JPG (125239 octets)
orchidée2021-3.JPG (142792 octets) orchidée2021-9.JPG (124451 octets)
orchidée2021-4.JPG (148390 octets) orchidée2021-24.JPG (152132 octets)
orchidée2021-80.JPG (115146 octets) orchidée2021-70.JPG (153400 octets)
orchidée2021-28.JPG (137590 octets) orchidée2021-72.JPG (151499 octets)
orchidée2021-69.JPG (132226 octets) orchidée2021-82.JPG (108833 octets)


Le paphiopedilum

C'est une plante récente que je possède depuis 2 ans. J'ai rarement réussi à faire refleurir ce type d'orchidée. Mais cet exemplaire doit se plaire au milieu de ses congénères, car elle a daigné fleurir à nouveau. Les "paphios" sont d'autant plus précieux qu'ils ne consentent à donner qu'une unique fleur. L'attente du bouton floral jusqu'à l'épanouissement total a cependant pris plusieurs semaines, mais quel résultat : la fleur a une envergure de 13 cm !

orchidée2021-22.JPG (130950 octets) orchidée2021-31.JPG (114238 octets)
orchidée2021-32.JPG (106994 octets) orchidée2021-58.JPG (123181 octets)
orchidée2021-63.JPG (123610 octets) orchidée2021-66.JPG (132466 octets)

Les dendrobiums

Je possède aussi depuis une paire d'années, deux plants de dendrobiums. Généralement forcés dans des serres, ils vous arrivent avec des grappes de fleurs mais c'est toute une histoire pour les acclimater et les faire renaître à nouveau. J'ai cependant eu beaucoup de chance avec une dizaine de fleurs roses réparties dans les deux pots. Elles sont presques semblables, mais l'une des plantes a souligné de noir le milieu de son inflorescence.

orchidée2021-15.JPG (121822 octets) orchidée2021-25.JPG (145185 octets)
orchidée2021-26.JPG (131760 octets) orchidée2021-67.JPG (130249 octets)
orchidée2021-54.JPG (146948 octets) orchidée2021-53.JPG (135597 octets)

Les cambrias

Sous ce nom commercial, beaucoup d'hybrides d'odontoglossum sont désormais commercialisés dans les grandes surfaces et jardineries. J'en possède quelques uns, très récents. Si certains sont parfumés, tous ont en revanche la particularité d'épanouir leurs feuilles longues et décoratives sur un bulbe allongé. Lorsque la floraison survient sur le bulbe de l'année précédente, un autre pousse à côté pour générer la suite de la croissance. Bien qu'on les trouve en abondance dans les magasins, ils ne sont pas si faciles à faire refleurir, faute probablement à des techniques de culture en masse, alternant des phases de croissance poussées à l'engrais avec des périodes fraîches, parfois en frigo, destinées à stopper la floraison, comme en témoigne la dernière photo où un miltonia peine à éclore. Comme pour les phalaenopsis, la variété de formes et de couleurs est importante.

orchidée2021-1.JPG (122221 octets) orchidée2021-2.JPG (111083 octets)
orchidée2021-56.JPG (96607 octets) orchidée2021-57.JPG (119530 octets)


L'épidendrum botanique

Toutes les orchidées exotiques qui composent ma collection sont des hybrides. C'est à dire des plantes fabriquées par des producteurs à partir d'espèces botaniques. J'ai autrefois acquis quelques spécimens originels, souvent achetés à prix d'or chez un véritable spécialiste, mais leur culture est délicate, il faut reproduire les conditions dans lesquelles ces plantes vivent à l'état sauvage.
Or, alors que j'arpentais en novembre 2019 les berges de la merveilleuse lagune de Cuicocha en Equateur à 3250m d'altitude, dans un chemin étroit parsemé d'orchidées endémiques, j'ai accroché avec mon sac à dos une de ces magnifiques plantes denses et dressées parfois comme des haies de roseaux (première photo). J'ai ramené la petite tige qui s'était détachée. A ma grande surprise, cette orchidée qui appartient à la famille des épidendrum a développé depuis deux nouvelles pousses dont l'une mesure déjà 40 cm. Malgré l'absence de floraison, c'est probablement celle que je préfère.

orchideeequateur1.JPG (184269 octets) orchidée2021-85.JPG (115872 octets)

 

Pêle-mêle pour terminer...

Quelques vues d'ensemble : les 26 pots sont rassemblés sur quelques mètres d'étagères dans la véranda. Des billes d'argiles imbibées d'eau assurent une humidité constante, vaporisations fréquentes et arrosage une fois par semaine. Température et hygrométrie en ce moment : 20°C et 75% d'humidité.

orchidée2021-74.JPG (168898 octets) orchidée2021-75.JPG (159348 octets)
orchidée2021-77.JPG (164364 octets) orchidée2021-86.JPG (122705 octets)

Une curiosité : cette année, les deux premières fleurs d'un phalaenopsis jaune sont nées sans labelle ni pétales (avec juste les trois sépales), puis la floraison a repris normalement, avec pas moins de sept tiges florales...

orchidée2021-20.JPG (120283 octets) orchidée2021-62.JPG (127041 octets)

Partage de sœurs : couleurs, formes et beautés...

orchidée2021-60.JPG (121648 octets) orchidée2021-73.JPG (105908 octets)
orchidée2021-71.JPG (163580 octets) orchidee2021-72.jpg (16341 octets)
orchidée2021-39.JPG (124331 octets) orchidée2021-27.JPG (123332 octets)
orchidée2021-16.JPG (130917 octets) orchidée2021-51.JPG (92284 octets)
orchidée2021-78.JPG (153312 octets) orchidée2021-81.JPG (116189 octets)

(08/03/2021)