depuis septembre 2000

retour accueil


Actualités

Agenda

Etonnements

Notes d'écriture

Notes de lecture

Webcam

Bio

Biblio

La Réserve, 

Central

Composants

Paysage et portrait en pied-de-poule

1937 Paris - Guernica
    
CV roman

Bestiaire domestique

Retour aux mots sauvages

Ils désertent

Faux nègres

Journal de la Canicule

Vie prolongée d’Arthur
Rimbaud

Sans trace


Littérature 
du travail

pages spéciales


Archives

 

 

Notes d'écriture



Le livre qui m’intéresse d’écrire est-il obligatoirement le meilleur ? Question bizarre qui me trotte dans la tête en ce moment. Et d’abord, le meilleur en quoi ? Pour qui ? Parlons de l’auteur en premier, de celui qui pond l’écriture mot après mot, phrase après phrase, patiemment. Et qui accumule ensuite les livres : la bibliographie de Sans trace indique 15 publications en 19 années, du moins les plus importantes. Mettons que le meilleur pour un écrivain reste encore le livre à écrire (donc celui qui m‘intéresse, l’enjeu du moment) sinon pourquoi s’acharner ?
Mais en même temps, les parutions ont biaisé le ressenti : l’auteur a toujours dans sa progéniture ses fils préférés. Ils ne coïncident pas forcément avec le classement des lecteurs ou d’autres professionnels du livre, critiques, membres de jurys divers, même s’ils peuvent influencer. Par exemple, Retour aux mots sauvages et Ils désertent comptent forcément pour moi puisqu’ils ont été tous deux sélectionnés pour le Goncourt et aussi parce que je continue d’intervenir régulièrement pour les évoquer (surtout pour RMS, 9 ans après sa parution tout de même…). En revanche d’autres livres tombés dans l’oubli ont une couleur particulière : Paysage et portrait en pied de poule est probablement l’ode à la ruralité la plus intimiste que j’ai écrit ou Bestiaire domestique qui est un livre de bonheur après CV roman vécu comme rude et difficile à écrire. Et que dire d’Instants handball écrit avec l’ami Delatour et qui ne cesse de susciter des prolongements inattendus ? (voir en Étonnements cette semaine).
Sans doute que la réception critique des livres pèse sur le ressenti que j’en ai a posteriori. J’attendais plus de Faux nègres mais les articles que j’ai gardés montrent pourtant que le livre a été bien accueilli, tandis que Journal de la canicule est passé inaperçu. En revanche, Vie prolongée d’Arthur Rimbaud figure parmi mes meilleurs tirages. Je ne peux m’empêcher de penser que ces dernières publications par ordre de parution vont influer sur Sans trace. L’expérience que j’ai eue de la seule parution en janvier pour Paysage et portrait en pied de poule, s’est révélée très décevante, espérons que Sans trace tirera son épingle du jeu.
Pourtant, ce Sans trace que je ne peux m’empêcher de regarder avec distance comme si sa rédaction m’avait peu intéressée (bizarre, n’est-ce pas) est à mille lieues du livre que j’entreprends en ce moment. Mais rien ne préfigure que ce futur bouquin au nom de code Y, si important soit-il à mes yeux, présentera un intérêt quelconque pour autrui à sa parution (si j’y arrive) : d’où la question récurrente : le livre qui m’intéresse d’écrire est-il obligatoirement le meilleur ? Il y a hiatus. En fait, écrire, c’est se poser des questions tout le temps.
(14/01/2019)

 

Aujourd’hui, c’est officiellement la parution de Sans trace (je simplifierai désormais ainsi pour FdeR les 43 caractères de Il se pourrait qu’un jour je disparaisse sans trace). Enfin, c’est ce qu’indique le site Fayard : parution le 7 janvier, mais le livre est déjà disponible depuis la semaine dernière. Pour preuve, un très bel article de Claire Devarrieux dans Libé le 4 janvier. Ouf ! Je craignais que « Michel Houellebecq sommé de sauver la rentrée littéraire » comme le titre stupidement un hebdomadaire se sente un peu seul… Ceci dit, je n’attends pas forcément grand-chose de cette rentrée littéraire. Janvier a le désavantage de ne proposer que peu d’animations, salons et autres, contrairement à septembre et j’aurais peu le plaisir d’aller me promener. Je n’attends pas grand-chose non plus côté critiques (vieux précepte libertaire), même si le plaisir est grand de découvrir un article favorable comme celui de Libé. Et puis d’autres projets m’accaparent déjà, écrire est toujours étrange, on vous parle du livre qui vient de paraître mais vous, vous devez vous faire violence pour y songer parce que vous avez déjà passé à autre chose. Néanmoins, j’ai traditionnellement ouvert une page spéciale pour Sans trace, où on pourra retrouver la genèse du livre et les articles le concernant.
(07/01/2019)